• Enseigner à l’envers dans une classe inversée

     

    etudiants-dehors-compresseL’enseignement se transforme peu à peu, surtout depuis l’intégration des technologies éducatives.

    On parle de plus en plus d’apprentissage actif.

    On parle de plus en plus de classe inversée.

    On parle de plus en plus… de moins parler et de faire agir et réagir.

     

    Exposé magistral

    L’exposé magistral demeure encore la méthode d’enseignement privilégiée au niveau postsecondaire.  Le professeur structure d’avance sa matière. Il présente, sous forme d’exposé oral, la matière du cours et contrôle la vitesse d’apprentissage en classe. La tâche pour l’étudiant consiste principalement à écouter, à prendre des notes, à faire des exercices et à poser des questions s’il ne comprend pas.

    Le défi pour le prof, c’est de bien expliquer, d’être intéressant, de varier sa vitesse d’enseignement s’il le faut, de stimuler les étudiants à poser des questions et de proposer des exercices en classe ou à la maison pour les préparer aux évaluations. Le défi pour l’étudiant, c’est de comprendre et de mémoriser l’information, de la reproduire en compétences (stimulis-réponses) lors des exercices et évaluations.

     

    Apprentissage actif

    L’apprentissage actif commence dès que le prof incite les étudiants à s’engager activement en classe en mettant en place des activités d’apprentissage qui leur permettent de travailler concrètement sur le contenu, de discuter de la matière, de réactiver et comparer leurs connaissances, d’expliquer ce qu’ils ont compris, de collaborer ensemble, d’agir et d’interagir entre eux et avec le professeur.

    Le défi pour le prof, c’est de changer de rôle. Le didacticien transmetteur de contenu devient un animateur et un facilitateur en apprentissage. Le défi pour l’étudiant, c’est aussi de changer de rôle. Le récepteur de contenu devient un  participant actif et  proactif  qui agit en classe (Terminologie empruntée à Chantal Desrosiers, Enseignement hybride).

    cecc1Le savoir hors classe devient maintenant un outil de travail pour l’étudiant qui arrive en classe. Le professeur-didacticien s’est transformé lui aussi. Il se promène dans la classe et répond à des questions et en pose lui-même aux étudiants. Il anime et encadre les activités pratiques. Il arrête tout, stratégiquement ou au besoin, et dépanne les étudiants avec des explications théoriques (qui prennent la forme de capsules théoriques «de dépannage»).

    Prévoir des conflits cognitifs (ou pièges pédagogiques) est une excellente idée pour glisser pratiquement du contenu dans le «coffre à outils théoriques» des étudiants en train d’exécuter une tâche. Tout le monde bloque au même endroit. L’exposé magistral du prof se transforme en service d’urgence pour déboguer les étudiants.

    Certains enseignants imposent un nombre maximal de questions par cours (exemple: maximum de 5 questions par étudiant ou par équipe) afin que l’étudiant cherche d’abord dans les ressources mises à sa disposition ou auprès des autres étudiants les réponses à ses questions. Cela permet également à l’étudiant de se questionner sur l’importance et la pertinence de ses questions.

    Voir le site CLAAC: Qu’est-ce que l’apprentissage actif? Un peu de théorie

    Et la classe inversée?

    helene-chariot-local-A-101-bg 013-ripplesLa classe inversée vise à remplacer (ou diminuer au maximum) l’exposé magistral en classe afin de libérer plus de temps pour l’activation des connaissances des étudiants en classe. C’est comme si on inversait la pondération traditionnelle des cours. L’étudiant acquiert la théorie en dehors du cours et se présente en classe pour faire de l’apprentissage actif.

    La classe inversée s’intègre-et-se-colle à l’apprentissage actif. Elle renverse et transforme davantage l’exposé magistral en ressources technologiques.

    Voir le site CLAAC: La classe inversée, qu’est-ce que c’est? 

     


    Mais comment enseigner à l’envers?

    Dans la classe – Durant le cours

    Pour exercer ses compétences

    • Approche par résolution de problèmes
    • Approche par projets
    • Mises en situation ou simulations
    • Jeu de rôle
    • Exercices d’application
    • Laboratoire
    • Schéma de concepts ou carte conceptuelle
    • Débat ou discussion
    • Démonstration pratique de l’étudiant
    • Sondage, quiz ou test
    • Étudiant-évaluateur de contenu
    • Remue-méninges, plénière ou séminaire
    • Exposé oral
    • Paraphrase de concepts
    • Travail en équipe
    • Visite «sur le terrain»
    • Etc.

    En dehors de la classe – Après le cours
    Pour acquérir les connaissances

    • Visionnement de capsules vidéo
    • Exercices interactifs en ligne
    • Simulateurs
    • Jeux sérieux (Serious Game)
    • Tests formatifs (avec rétroaction ou indices)
    • Exercices de découvertes
    • Schéma de concepts ou cartes conceptuelles
    • Énigme à résoudre
    • Forums en ligne
    • Lectures
    • Outils collaboratifs
    • Médias sociaux et communautés de partage
    • Encadrement en ligne
    • Etc.

    En complément d’information, je vous invite à visiter Les techniques pédagogiques ou à lire le petit guide des 53 méthodes pédagogiques qui présentent des stratégies d’enseignement connues et moins connues qui peuvent être pertinentes en apprentissage actif.. Ça peut donner des idées.

    Bernard Gagnon
    Conseiller pédagogique aux technologies éducatives
    Direction des études
    Cégep de Saint-Félicien

    _______________

    Source de l’image d’en-tête: Wikipédia

    © Autres photos: Centre d’études collégiales à Chibougamau et Cégep de Saint-Félicien. Tous droits réservés.

     

3 Réponsesso far.

  1. […] Comment enseigner à l’envers? Exposé magistral, apprentissage actif et classe inversée » Webob…. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.